L’artiste éthiopien Fanuel Leul explore l’afrofuturisme avec l’art numérique 

Fanuel Leul est un nom à retenir sur la scène artistique africaine contemporaine. Il a choisi la voie de l’art numérique pour construire des récits de science-fiction à travers des images. Basé à Addis-Abeba, en Éthiopie, l’artiste mélange des éléments traditionnels avec des technologies futuristes, créant des compositions contrastées et harmonieuses. 

Influencé par l’afrofuturisme, Fanuel Leul représente différentes sensations, regardant à l’intérieur pour construire des scénarios dans lesquels le noir, les accessoires traditionnels tels que le masque, la nature et le coucher de soleil mystique africain dominent les représentations utopiques.

« Mon but est de dépeindre l’Afrique d’une manière qui s’affranchit des stéréotypes courants et qui, au contraire, célèbre son esprit vibrant », explique Fanuel Leul.

Son instinct créatif, revisitant les décors, personnages et leurs origines au cœur du continent africain, dialogue avec sa formation en design industriel et en beaux-arts de l’École des beaux-arts d’Alle, mais ce n’explique pas tout. Il avait déjà conçu son parcours en tant qu’artiste autodidacte qui, au fil du temps, s’est consacré au perfectionnement de sa technique et, surtout, à l’exploration de contextes et de récits différents.

L’Afrique est un continent de conteurs, dont beaucoup n’ont pas encore raconté leur histoire ou à laquelle le monde n’a guère accès en raison, entre autres, de la langue. En revanche, la tradition de la photographie, de la céramique, de la sculpture et de la peinture, sans parler de la musique, a déjà grandement contribué à révéler les sentiments, les pensées et les perspectives des Africains sur leurs propres sociétés et sur la vie sur le continent. 

« Je crois fermement que notre puits d’histoires non contées est inépuisable. En peignant des mondes très imaginatifs, j’espère encourager les esprits africains à donner vie à leurs propres inspirations. Mon art est à la fois un exutoire personnel et une rampe de lancement pour l’expression personnelle des autres », déclare Leul dans une interview accordée à ElseWhere .

L’art numérique de Leul trouve dans la technologie, dans le design, la réponse à la complexité du portrait social, la représentation du rêve et de l’imagination concernant les personnes, les lieux et les événements africains de l’époque contemporaine. 

« Dans mon travail, je combine des technologies contemporaines réelles avec des éléments futuristes, soulignant la façon dont la technologie remodèle les sociétés africaines tout en mettant l’accent sur la force durable de nos communautés. J’explore continuellement de nouveaux outils numériques pour améliorer mon art et élargir les possibilités des visions que je crée. En outre, j’aspire non seulement à intégrer la technologie dans mon art, mais aussi à créer des expériences afrofuturistes immersives par le biais de la réalité augmentée, de la réalité virtuelle et de la 3D. En fin de compte, nous espérons déclencher des discussions sur la fusion élégante de la technologie moderne et de la tradition en Afrique. »

Si c’est dans la technologie que l’artiste trouve les outils pour son travail créatif, c’est aussi dans la technologie qu’il s’est étendu à un marché mondial, avec un nombre de ventes qui l’a surpris, à travers les NFT, les crypto-monnaies, qui lorsqu’il s’agit du business de l’art sont aussi appelées crypto-art.

Dans un monde où les nouveaux langages artistiques trouvent parfois peu de réceptivité dans les espaces artistiques traditionnels, l’internet peut être ce lieu d’exposition et d’expansion. Leul parle de ce processus comme d’une véritable surprise, car il permet un contact direct avec les collectionneurs.

La collection Afromask qu’il a lancée en 2021 et qui a été acceptée par ce marché en est un exemple, et il explique l’impact de cette étape importante dans sa carrière.

« En 2021, j’ai lancé mon grand projet, Afromask, composé de 101 masques numériques africains réinventés. Lorsque toutes les pièces se sont vendues en deux heures, cela m’a convaincu de m’engager dans la vie en tant qu’artiste NFT. J’ai commencé à créer plus d’œuvres, à m’impliquer activement dans la communauté, à quitter mon emploi de jour pour fonder un studio d’art numérique. Mon expérience montre que les NFT offrent aux artistes des possibilités inégalées de prendre le contrôle de leur travail et de leur carrière. Bien que difficiles à apprendre au départ, les NFT m’ont permis de réussir la transition vers une vie d’artiste à plein temps. »

C’est ainsi que le dialogue entre la technologie et l’art se met en place, permettant non seulement des langages nouveaux et différents, mais aussi l’accès à d’autres créations et à des artistes éloignés des principaux marchés de l’art, comme c’est le cas de Fanuel Leul, dont la carrière est dans un processus avancé de maturation au niveau mondial.

Articles Liés

NEWSLETTER HEBDOMADAIRE !

Radar

Nos meilleures idées, actualités, tendances, et des pensées.

PT / ENG

+