Musée flottant de verre: l’art et le design au service de la lutte contre le changement climatique

Le Floating Glass Museum est un projet innovant où les frontières entre l’art et la nature s’estompent et où l’eau devient une toile pour l’expression contemporaine. Le projet est présenté par le cabinet d’architectes Luca Curci Architects, en collaboration avec Giulia Tassi Design et une équipe internationale d’architectes et de designers, avec le soutien de l’intelligence artificielle.

L’art à l’heure de la Palestine

Depuis que la guerre a démarré entre la Palestine et Israël le 7 octobre 2023, la situation humanitaire catastrophique qui se déroule sous les yeux du monde est sans précédent. Entre les morts (plus de 30 000 personnes dont la moitié sont des enfants), les blessés, les otages, les déplacés, la crainte d’une nouvelle Nakba et le sort des civils qui manquent de tout, le bilan est très lourd. C’est tout un équilibre régional qui est à nouveau bouleversé, où les peuples israéliens et palestiniens sont prisonniers de leurs dirigeants extrémistes. On assiste aussi à un clivage mondial des débats, à une recrudescence des actes à caractère antisémite à travers le monde, à une fracture entre le monde occidental et le Sud Global. Alors, comment éviter l’escalade inexorable malgré les condamnations internationales ? Qui peut arrêter le massacre en cours au Proche-Orient ? L’onde de choc de la guerre entre Israël et le Hamas s’est propagée partout dans le monde. Les manifestations pros palestiniennes et pros israéliennes se multiplient ici et là, notamment dans les universités. De plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer un cessez-le-feu, une trêve ou à minima, une pause humanitaire.

L’artiste éthiopien Fanuel Leul explore l’afrofuturisme avec l’art numérique 

Fanuel Leul est un nom à retenir sur la scène artistique africaine contemporaine. Il a choisi la voie de l’art numérique pour construire des récits de science-fiction à travers des images. Basé à Addis-Abeba, en Éthiopie, l’artiste mélange des éléments traditionnels avec des technologies futuristes, créant des compositions contrastées et harmonieuses. 

Entre écologie, hi-tech et culture, Kigali renaît de ses cendres 30 ans après le génocide

Quand on survole le Rwanda pour la première fois, depuis le bleu du ciel, on est frappé par la verdure de collines et des forêts qui parsèment le pays surnommé à juste titre “la petite Suisse”. Kigali, perchée à 1500 mètres d’altitude, signifie dans le dialecte local, “quelque chose de grand et qui s’étend”. La capitale rwandaise, constituée de plusieurs mondes, forme un patchwork à l’horizon, avec, d’un côté, les nouveaux quartiers aux immeubles ultramodernes et aux célèbres enseignes internationales, signes d’un dynamisme économique propulsé par le gouvernement actuel, avec notamment le Centre de Congrès, le Centre financier international de Kigali et la future Cité de l’Innovation, et d’un autre côté, les quartiers pauvres et traditionnels mais tout autant réglés au cordeau.

Macilau révèle l’âme des exploités

Dans sa nouvelle exposition intitulée «Imediatismo» (« Immédiateté »), le photographe Mário Macilau révèle dans ses portraits en noir et blanc l’âme de ceux qui sont ignorés dans l’exploitation effrénée des ressources.

La “Cène” revisitée par Tavares Strachan

Si vous allez voir l’exposition Des passés enchevêtrés, de 1768 à aujourd’hui. Art, colonialisme et changement présentée à La Royal Academy of Arts de Londres, située à deux pas de Piccadilly Circus jusqu’au 28 avril prochain, vous ne pourrez pas rater la sculpture grandeur nature de l’artiste Tavares Strachan qui trône de manière impressionnante dans la cour extérieure et centrale du bâtiment.

Le photographe Edward Burtynsky fait du beau avec du laid pour informer et interpeller 

Passionné par la pellicule depuis son plus jeune âge, Edward Burtynsky fait des photographies illustrant des endroits qui nous sont souvent inconnus et qui explorent l’impact de l’humanité et de la civilisation sur le paysage avec une beauté nouvelle, mais qui n’est plus naturelle. « J’essaye de faire des images fortes qui puissent arrêter les gens et leur demander de regarder. J’ai cherché à travers le monde des endroits qui parlent à notre inconscient collectif pour créer des images qui nous font réfléchir sur ce que nous avons inventé », raconte le photographe.

+